Le livre d’heures, recueil de textes de dévotion et d’offices à l’usage des laïcs, fut l’ouvrage de piété le plus répandu et le plus prisé de la fin du Moyen-âge.

Il est le plus souvent enrichi d’illustrations en rapport avec les divers éléments du texte, la qualité assez variable de ce décor peint étant fonction du rang social et des ressources du destinataire.

Présentation de l’exposition "Les Belles Heures du duc de Berry"

Manuscrit des plus remarquables de Jean de France, duc de Berry, frère du roi Charles V, les Belles Heures sont au cœur d’une exposition qui en présentera 47 bifolios (doubles pages). Ce sera l’occasion ultime de les admirer avant qu’ils ne regagnent les Cloisters, département médiéval du Metropolitan Museum of Art de New York, et ne soient remontés dans leur reliure.

Cet exceptionnel livre d’heures fut enluminé, au tout début du XVe siècle, par les frères de Limbourg qui allièrent beauté des cycles peints, invention dans les compositions et innovation dans la conception de l’espace et la narration.

Comme les plus grands bibliophiles de son temps, Jean de Berry eut du goût pour ce type de manuscrit. Son nom est associé à une prestigieuse série de livres d’heures qu’il fit exécuter pour son usage entre le dernier quart du XIVe siècle et sa mort, en 1416.

Ceux qui sont parvenus jusqu’à nous comptent parmi les chefs-d’œuvre de l’enluminure française, voire européenne, du Moyen-âge finissant.

Les frères de Limbourg : des peintres actifs en France au XIVe et au début du XVe siècle

Bien que les frères de Limbourg soient tombés dans les limbes de l’histoire entre le milieu du XVe et la fin du XIXe siècle, ils demeurent malgré tout les peintres actifs en France au XIVe et au début du XVe siècle sur lesquels on dispose du plus grand nombre de sources.

Les trois frères de Limbourg : Herman l’aîné ; Paul et Jean naissent dans une famille de six enfants. Willem Maelwael, leur grand-père, et son frère Herman, leur grand-oncle, pratiquaient aussi bien la peinture que l’artisanat et résidaient à Nimègue ; les archives municipales les mentionnent pour la première fois, en qualité de propriétaires fonciers, dans les années 1380.

La plus ancienne commande connue passée aux Limbourg consistait pour l’essentiel en la réplique d’une Bible moralisée que Jean II le Bon avait fait réaliser entre 1349 et 1352 et que son fils Philippe le Hardi (frère du roi Charles V), duc de Bourgogne et premier mécène des Limbourg mentionné par les documents, avait acquise vers 1392.

Peu après le décès de Philippe, son frère Jean, duc de Berry (troisième fils du roi de France Jean le Bon), prend à son service les frères de Limbourg, où ils devaient rester jusqu’à la fin de leurs jours.

Les "Belles Heures", des enluminures qui forment de véritables cycles narratifs

Seule commande du duc que les frères de Limbourg réalisèrent dans leur totalité, entre 1404 et 1408-1409, les Belles Heures se singularisent par la cohérence de leurs enluminures.

Les cycles narratifs sont non seulement dédiés à des moments forts des Ecritures comme la Passion mais illustrent également des textes qui ne se trouvent pas habituellement dans les livres d’heures à l’usage de Paris : vies de sainte Catherine, de saint Bruno, de saint Jérôme, cycle dédié à la Grande Litanie.

Pour mieux comprendre le contexte de la création de ces enluminures et leur influence, un petit nombre d’œuvres provenant des collections du musée du Louvre, de la Bibliothèque nationale de France, de bibliothèques municipales et de collections publiques françaises seront exposées en regard.

Renseignements pratiques

  • Musée du Louvre,
  • 75058 Paris - France
  • Les œuvres sont exposées dans la salle de la Chapelle, Aile Sully au 1er étage
  • + 33 (0)1 40 20 53 17
  • Site officiel : www.louvre.fr
Lire aussi : Les Très Riches heures du Duc de Berry l'art de cour au Moyen Age