Situé à proximité de Paris, l’écomusée du Val de Bièvre, présente une exposition qui vise à donner au visiteur une image moins conventionnelle du photographe en révélant des aspects inédits de son travail.

A travers la présentation de 53 photos réalisées en Val de Bièvre entre les années 1930 et 1990, la collection présentée met en lumière l’évolution du territoire, de ses usages et de ses représentations. L’exposition est construite autour des photographies de Robert Doisneau (tirages de collection et tirages modernes) : elle concerne plus l’œuvre que son auteur.

Les ateliers de l’Imaginaire

Les ateliers de l’Imaginaire proposent chaque année aux enfants des classes du Val de Bièvre, ainsi qu’à un groupe d'adultes, un atelier de pratiques artistiques.

A partir d’un thème annuel, les participants travaillent sur trois niveaux de prise en compte du patrimoine : le repérage d’éléments patrimoniaux de leur territoire, la documentation sur ces éléments et la production de travaux d’art plastique. Des expositions annuelles présentent le résultat des travaux.

Robert Doisneau et l’écomusée une histoire d’amitié

L’œuvre de Robert Doisneau (1912–1994) raconte avec humour et poésie, parfois avec ironie, mais toujours avec bienveillance ce qu’il appelait son " petit théâtre". Le lien entre Robert Doisneau et l’écomusée trouve son origine dans une double rencontre :

  • Découverte de l’écomusée et de ses ateliers de l’Imaginaire par Robert Doisneau.
  • Amitié entre deux artistes photographes privilégiant l’échange et la relation humaine, Robert Doisneau et Evelyne Coutas, plasticienne photographe à l’écomusée.
En 1991, l’écomusée reçoit la visite de Robert Doisneau qui vient visiter l’exposition annuelle des classes de l’atelier de l’Imaginaire. De cette visite naît l'exposition "Robert Doisneau ou la désobéissance”.

Les cinq thématiques de l’exposition "Doisneau en Val de Bièvre"

La présentation des photographies de Doisneau se déroule en cinq espaces correspondant à cinq thèmes. Chaque photo est associée à une citation du photographe. Un cliché grand format (120x80) introduit chaque partie.

  • Sombre banlieue : Robert Doisneau aimait ce territoire, sans pour autant considérer qu’il était beau.
  • Passe le temps : C’est dans les années 1950 que Doisneau commence à photographier les changements qui affectent son univers.
  • Ici-bas la banlieue : Rendre compte de la banlieue, c’est pour Robert Doisneau avoir un point de vue sur ce territoire.
  • Ces gens ci : Doisneau a réalisé un grand nombre de portraits de célébrités ou de gens ordinaires, avec un art accompli de la mise en scène.
  • Pur sucre : Pour beaucoup, Doisneau est le photographe des scènes de la vie quotidienne entre humour et tendresse.

Parcours de l’exposition « Doisneau en Val de Bièvre »

Dans la cour d’abord, le visiteur est accueilli par une installation qui fonctionne comme un signal amusant : un diorama réalisé à partir de la photo agrandie du jardinier permettra au visiteur de se faire tirer le portrait "dans" la photo de Robert Doisneau.

A l’intérieur, la première photo prise par Doisneau en 1930 Affiches sur une palissade à Gentilly tirée en grand format (108x80 cm), introduit le visiteur dans les espaces d’exposition. Une photo portrait de Doisneau, sa biographie, ainsi que des documents d’archives mettent en contexte son travail sur la banlieue en Val de Bièvre. Viennent ensuite huit "cartonnettes" de photographies contacts qui renseignent sur la façon de travailler de Doisneau.

La conclusion de l’exposition permet au visiteur de visionner sur grand écran un film inédit réalisé à l’occasion de la rencontre entre Doisneau et des enfants de l’atelier de l’Imaginaire lors d’une séance de travail à l’écomusée en 1988.

Informations pratiques