La crypte archéologique de Paris située sous le parvis de Notre Dame organise jusqu’au 14 octobre 2012 une exposition consacrée aux métamorphoses de Lutèce au IVe siècle. Avec les bouleversements politiques de l’empire et les invasions barbares Lutèce connait un réaménagement complet avec le repli de sa population sur l’ile de la cité. Une nouvelle ère pour celle rebaptisée Paris en 344.

Lutèce, ile fortifiée

Paris joue un rôle stratégique dans la défense de l’empire avec la menace des Francs au nord et des Alamans à l’est. Un rempart autour de l’ile de la cité est érigé dès le IIIe siècle et en 360 elle prend le statut de ville militaire. Sa population abandonne la rive gauche et sa superficie passe alors de 100 à 25 hectares. Durant les hivers 357 et 358 elle accueille l’armée de l’empereur Julien et sert désormais de cantonnement aux troupes. Elle dispose d’un camp, d’un terrain de manœuvre, et de magasins de ravitaillement.

Topographie

Paris est construit sur un schéma en damier avec un axe central le cardo maximus (actuel rue Saint Jacques) qui suit la route qui mène de l’Espagne à la mer du Nord. La ville, entourée d’un pomérium, est ouverte sur la campagne. A l’intérieur du rempart constitué de deux portes monumentales, on trouve un ensemble d’édifices publics. Le palais du gouverneur se dresse à l’ouest et une basilique (hall de réunion civil) sur la place actuelle du marché aux fleurs. Une cathédrale (Sainte Etienne) et un établissement de thermes publics s’élèvent à l’emplacement de Notre Dame. A l’extérieur du rempart, la nécropole Saint Marcel se développe sur l’actuelle avenue des Gobelins. Le forum situé sur la montagne Sainte Geneviève est détruit et les thermes du Collège de France, de Cluny et de la rue Guy Lussac cessent de fonctionner.

Les thermes du parvis de Notre Dame

Leurs vestiges sont visibles dans la crypte archéologique du parvis de Notre Dame. Ceux là d’une dimension réduite, avec une faible capacité d’accueil (sept personnes) ont un fonctionnement typique des thermes de l’empire romain. Le client rentre dans l’édifice par une cour (palestre) où il pratique des exercices physiques afin de réchauffer le corps. Il accède ensuite au vestiaire (apodyterium) qui fait office ici aussi de bain froid (frigidarium). Il gagne enfin la salle de transpiration (delaconicum) chauffée par un système à hypocauste puis le bain chaud (caldarium) chauffé par un praefurnium.

L’implantation du christianisme

Autorisé dès 260 le christianisme est reconnu religion officielle en 311 dans l’empire. La cathédrale Sainte Etienne érigée au IVe siècle et de dimensions supérieures à la cathédrale Notre Dame actuelle témoigne de son implantation à Paris. Evangélisée d’abord par Denis, premier évêque de Lutèce, la population chrétienne de Paris s’établit à près de dix pour cent de la population au IVe siècle. Sainte Geneviève donne un formidable coup d’accélérateur à son développement dans l’aristocratie locale au Vème siècle.

Et Lutèce devint Paris : cette plongée dans l’histoire nous ramène aux origines de Paris, ville devenue capitale par Clovis en 508. Un moment exceptionnel tant cette ville semble toujours à la fois proche et lointaine.

Informations pratiques : Crypte archéologique de Paris

7 Parvis Notre Dame

75 004 PARIS

Tous les jours sauf Lundi et jours fériés

Tarif 4 euros (TR : 3 et 2 euros)