Le développement durable est à la mode, et les initiatives se multiplient pour mieux gérer l'environnement: mise en place de labels pour le commerce équitable, écotourisme, ou encore création de coffrets cadeaux éco-responsables sont par exemple de nouvelles manières de «consommer durable» et de mettre la protection de l'environnement à sa juste place dans nos quotidiens.

Mais au cœur même de nos journées, nos modes d'alimentation peuvent eux aussi évoluer à l'instar de nos modes de consommation: voici donc un petit guide pratique de l'alimentation durable.

Réduction des emballages et choix d'aliments peu transformés: un plus pour l'environnement et la santé

Opter pour une alimentation durable, c'est bien plus que choisir des produits bio ou issus du commerce équitable. Cela passe aussi par un point clé pour la réduction des déchets et la diminution de notre «empreinte carbone»: le choix d'aliments peu emballés ou disposant d'emballages recyclés dans le respect du développement durable, par exemple les emballages en polyéthylène téréphtalate (PET) recyclé.

Comme le rappellent les «Engagements Grenelle», l'emballage des aliments est une source de gaspillage et de pollution qu'il convient de traiter de toute urgence, notamment pour améliorer les performances d’émissions de CO2.

Choisir des aliments peu transformés, c'est aussi réduire instantanément leur bilan écologique tout en bénéficiant d'une alimentation plus saine, et souvent plus goûteuse. Voici donc deux réflexes simples pour réduire immédiatement son bilan carbone tout en mangeant mieux et plus sainement: moins d'emballage, moins de produits transformés.

Concrètement, comment choisir ses aliments dans une optique durable? Aliments bio en vrac et paniers de saison

  • Pour les fruits et légumes, privilégier les paniers de légumes de saison proposés par exemple par les AMAP ou dans certains magasins bio afin de supprimer totalement les emballages.
  • Privilégier les aliments vendus en vrac, par exemple dans le réseau des Biocoop
  • Préférer les marques ayant signé la Convention sur les engagements pris par les entreprises de l’agro-alimentaire, les grandes marques et Eco-emballages
  • Privilégier les grands conditionnements de préférence aux petits conditionnements

Manger local et privilégier les produits de saison, deux réflexes clés pour l'alimentation durable

Pour réduire son empreinte carbone tout en consommant des produits plus sains et plus respectueux de sa santé, manger «local» est un réflexe essentiel. Comme nous le montre le mouvement des «locavores», l'une des questions intéressantes à se poser même face à un produit bio lorsque l'on souhaite réduire son «empreinte carbone» est la suivante: est-il préférable de manger une pomme bio produite au Pérou ou bien une pomme produite localement?

«Distavore» bio ou «locavore», pour reprendre les termes du guide de l'éco-food? Bien évidemment, au vu des émissions en CO² nécessaires à l'acheminement par avion de la pomme péruvienne... la réponse est évidente. Privilégier les petits producteurs locaux, en les payant à un juste prix (mais beaucoup moins cher la plupart du temps qu'en grande surface pour des produits plus frais et de meilleure qualité nutritionnelle), c'est participer au commerce équitable local tout en privilégiant la durabilité en matière d'environnement.

Que peut-on faire concrètement pour réduire son empreinte carbone dans le choix de son alimentation?

  • Manger local, ou même augmenter la proportion d'aliments produits localement dans son régime alimentaire est un réflexe durable efficace et nécessaire. Vous pouvez par exemple opter pour la cueillette locale des fruits et légumes, une pratique écolo et économique qui permet non seulement de payer moins cher les produits alimentaires, de payer le producteur à un juste prix pour consommer de manière plus éthique, de contourner les intermédiaires et leurs modes d'acheminements polluants, et finalement de ne pas nécessiter d'emballages polluants.
  • Manger des aliments de saison: les produits de contre-saison sont la plupart du temps acheminés par avion ou par transport routier, d'où un bilan carbone catastrophique, ou bien ils sont produits sous serres chauffées, ce qui génère pollution et gaspillage d'énergie, sans compter la piètre qualité nutritionnelle de ces fruits et légumes produits hors saison.
  • Pour les aliments qui ne peuvent pas être produits localement, privilégier les produits issus du commerce équitable, en s'assurant que les aliments sont produits dans le respect de l'environnement et des normes éthiques et sociales qui sont la base du «fair trade».
Des réflexes simples qui préservent notre santé, notre environnement et notre monde: si petits que peuvent nous sembler nos efforts, opter pour un mode d'alimentation durable est indispensable et a des bénéfices immédiates et concrets pour l'environnement et ses habitants.