Tous les mammifères de compagnie, chiens, rats, furets et autres peuvent être éduqués. Bien que n’étant pas à proprement parler un animal domestique, le chat ne fait pas exception à cette règle. S’il est ardu (quoique pas impossible) d’éduquer un chat adulte, recueilli par exemple, il est en revanche à la portée de n’importe quel maître motivé d’éduquer un chaton.

Pour cela, il est indispensable de tenir compte de la nature profonde du chat. Comme tout prédateur, il est plutôt rebelle à l’autorité et la discipline. Un chat se "dresse" difficilement, il vous faudra des trésors de patience et d’ingéniosité si vous voulez obtenir de lui des gestes comme se coucher sur commande ou vous donner la patte.

Mais on n’en demande pas tant, la plupart du temps. On attend de lui qu’il fasse ses besoins à l’endroit approprié, qu’il ne dévaste pas la maison, ne manifeste pas d’agressivité sans raison et se comporte gentiment avec les invités, les enfants et les autres animaux du foyer.

Douceur et fermeté

Quel que soit l’apprentissage, n’usez jamais de violence, ne criez pas, vous obtiendriez probablement l’effet inverse de celui recherché et votre petit compagnon malheureux pourrait chercher à fuir ou devenir agressif.

Attention : un interdit ou une permission ne sont pas à évaluer en fonction de votre humeur du jour. Votre chat ne comprendrait pas pourquoi vous le grondez pour une chose autorisée la veille.

S’il faut sanctionner une bêtise, faites-le à la façon chat, comme le ferait sa mère : il monte sur un meuble interdit, il fait ses griffes sur votre coussin préféré, prenez-le par la peau du cou, secouez-le légèrement en lui répétant non d’une voix ferme (les longs discours explicatifs sont aussi inutiles qu'inefficaces), et déposez-le à un endroit autorisé. Quelques gouttes d’eau projetées du bout des doigts ou avec un pulvérisateur pourront aussi être pratiques, par l’effet de surprise qu’elles produisent, s’il est trop haut pour l’attraper ou inaccessible.

Il vous mord et vous griffe trop fort en jouant, tapez-lui sur le nez du bout des doigts, c’est aussi à coups de patte que sa mère limitait ses débordements.

Les progrès ne seront pas instantanés, sauf si vous êtes par chance tombés sur un chaton particulièrement docile. Mais avec de la patience, il comprendra.

N’hésitez pas non plus à manifester votre satisfaction lorsqu’il est justement là où vous souhaitez qu’il soit, ou qu’il fait ce que vous souhaitez qu’il fasse. Il y est sensible et le mémorisera. Une caresse et un mot gentil au chaton qui vient de renoncer tout seul à monter sur le fauteuil interdit sont aussi éducatifs que la sanction à un comportement indésirable.

Propreté

S’il est resté avec sa mère assez longtemps, le chaton est déjà propre car les chats le sont par nature et sa mère lui a enseigné où et comment faire. Si ce n’est pas le cas, mettez-le régulièrement dans sa litière. Vous pourrez cesser dès que vous l’aurez vu y aller spontanément.

Si votre chaton habituellement propre a fait ses besoins (petits ou gros) ailleurs que dans son bac, considérez cela comme un accident. Il est petit. Peut-être qu’il jouait et qu’il est arrivé trop tard, peut-être qu’il a eu peur d’un bruit. Prenez-le par la peau du cou, montrez-lui sa bêtise et amenez-le dans sa litière. Si sa litière est souillée, considérez alors que c’est de votre faute et nettoyez-la, les chats détestent un bac rempli de déjections et d’urine, on les comprend !

Si le phénomène se reproduit trop souvent, consultez le vétérinaire. Certains chats sont sujets à des infections urinaires qui causent ces incidents répétés.

Griffage

N’oubliez pas qu’il s’agit d’un comportement instinctif qu’il utilise pour marquer son territoire à l’aide des glandes situées entre ses coussinets. Le chat a besoin de griffer. S’il le fait sur vos rideaux ou vos meubles, grondez-le selon les principes expliqués plus haut, puis, deux cas de figure :

Si votre chaton sort déjà dans le jardin, c’est à dire s’il est vacciné et que l’environnement est suffisamment sécurisé, mettez-le dehors, contre un arbre par exemple, et mimez les griffures en lui frottant les pattes avant dessus.

Si vous vivez en appartement, faites de même sur son griffoir ou son arbre à chat. Ce qui suppose bien sûr d’avoir prévu ces objets indispensables.

Jeu

Un chaton joue avec à peu près n’importe quoi. Il mime ainsi les gestes du futur chasseur qu’il est. S’il a choisi un jouet interdit, votre stylo, votre collier, une de vos chaussures, enlevez-le lui, grondez-le, puis aussitôt proposez-lui un jouet autorisé. Une boulette de papier fera très bien l’affaire.

Socialisation

Habituez-le progressivement à être manipulé sans crainte. Il doit considérer les humains comme des amis. Cela suppose de ne pas laisser les enfants perturber son sommeil ou le tourmenter. Faites les présentations avec les autres animaux du foyer en respectant ces règles : soyez présent mais n’intervenez qu’en cas d’agressivité majeure de la part d’un chien ou d’un autre chat.

Plus de détails sur la socialisation dans : accueillir un chaton à la maison

Voir aussi : l'alimentation du chaton et conseils pour bien choisir son chaton