Si Diana Ross fut indiscutablement Reine du soul, et Aretha Franklin surnommée la Lady du soul, 1976 vit débouler dans les hit-parades celle que l'on allait nommer la Reine du disco : Donna Summer. Elle vient de mourir à l'âge de 63 ans.

Qui était Donna Summer?

LaDonna Adrian Gaines dite Donna Summer est née le 31 décembre 1948 (Summer n’est pas, contrairement à ce qu’on pourrait croire, un pseudonyme mais le nom anglicisé de son premier mari, l’acteur autrichien Helmutt Sommer). Elle ne semblait vraiment pas destinée à chanter des trucs aussi chauds que « Love to love you, baby » (1975).

A l’âge de douze ans, elle chante du gospel dans les églises new-yorkaises. Ado, elle monte un groupe psychédélique, the Crow (le Corbeau), groupe dont elle est le seul membre de couleur.

A 18 ans, elle quitte l’école et le domicile familial pour se joindre à la troupe de « Hair ». Le rôle qu’elle convoitait dans la troupe de Broadway échoit à sa rivale Melba Moore ; elle est en revanche engagée pour représenter le spectacle en Allemagne.

Lady of the Night

Elle s’installe à Munich où elle enregistre en 1971 son premier 45-tours, « Sally go round the roses », un échec commercial. Pour subsister, elle est choriste, notamment du célèbre groupe américain Three Dog Night. Elle attire l’attention des producteurs Giorgio Moroder et Pete Bellote, les papes du disco, qui lui offrent l’occasion de publier un premier album, « Lady of the Night », qui comporte le hit « The Hostage » (1974) qui, toutefois, ne sort qu’en Europe. La reconnaissance internationale surviendra l’année suivante avec « Love to love you baby», chef-d'oeuvre d'érotisme dont les gémissements et les feulements feraient passer Je t'aime... moi non plus pour une comptine.

C’était le début d’une colossale carrière dans le monde de la disco jusqu'au début des années 80 : vingt chansons entrées au hit-parade dont dix parmi les 20 meilleures ventes et quatre n°1 dont « On the radio »,"Mac Arthur Park" et le fabuleux « I feel love ».

Hot Stuff

Après Love To Love You Baby, rien d’étonnant à retrouver la belle Donna Summer en permanence dans les hit-parades de 1976 à 1984. Faut-il préciser que Hot Stuff, son succès de l’été 1979, n’a aucun rapport avec le Hot Stuff des Rolling Stones en 1976 ? La liste des succès de Donna Summer est impressionnante : Could It Be Magic, I Feel Love, Mac Arthur Park, On The Radio, She Works Hard For The Money, No More Tears, Bad Girls... Justement, parlons-en, de “bad girls” (“vilaines filles”) : au milieu des années ‘80, Donna fait le point sur sa carrière et juge avoir été trop dévergondée. Elle décide alors de cesser d’enregistrer (provisoirement, heureusement), et revient quelques années plus tard, avec un nouveau “look”, beaucoup plus sage (à suivre).