Tout le monde connaît le nom des trois rois qui élevèrent les pyramides de Giza: Chéops, Chéfren et Mykérinos. Il est facile de croire qu’ils s'étaient succédé sur le trône d’Egypte. En effet, Chéfren était un fils de Chéops et Mykérinos était un fils de Chéfren. L’histoire n’est cependant pas aussi simple.

Le fils aîné de Chéops était le prince Kawab. Il était le fils de la reine principale Mérititès Ière. Chéops le nomma vizir. Mais le prince décéda avant son père. Il fut inhumé dans un mastaba (G 7110) à proximité de la pyramide de son père. La question de la succession de Chéops était ouverte. Deux princes semblent avoir lutté pour devenir l’héritier légitime: Djedefra (ou Radjedef) et Chéfren. Djedefra épousa la veuve de Kawab, sa demi-sœur, Hetepherès II. Chéfren épousa une fille de Mérititès Ière, la reine principale: Meresankh II. Tous deux renforçèrent ainsi leur position au sein de la famille royale.

Djedefra roi d'Egypte

Djedefra s’imposa comme successeur de Chéops. Il est malheureusement impossible de savoir s’il était plus âgé que Chéfren et donc plus légitime que ce dernier. Djedefra ne fut pas, comme cela a parfois été écrit, effacé de l’histoire par Chéfren. Son nom figure dans la liste royale d’Abydos entre Chéops et Chéfren. Son nom fut également gravé dans une petite liste royale du Ouadi Hammamat. Des traces d’un culte de Djedefra sont attestée jusqu’à la XXVIe dynastie. Cela signifie que même si pour nous ce roi est peu connu, il était considéré par les anciens Egyptiens comme un personnage capital de leur histoire.

La tête de ce roi, conservée au musée du Louvre, permet de constater qu’il était déjà assez âgé quand il devint roi. Il eut plusieurs fils, mais aucun d’eux n’arrivera sur le trône. Sont-ils morts avant Djedefra où furent-ils écartés par Chéfren? Les sources anciennes ne le révèlent pas.

La pyramide d'Abou Roach

Djedefra ne fit pas bâtir sa pyramide à Giza mais à Abou Roach, à quelques kilomètres au nord. Ce lieu abritait déjà une pyramide, celle du roi Houni. Le plateau d’Abou Roach est plus élevé que celui de Giza. Ainsi, Djedefra put faire construire une pyramide de taille moyenne mais dont la hauteur dépassait celle de Chéops puisqu'elle était bâtie plus haut!

L’essentiel de la pyramide de Djedefra fut détruit par les Romains qui l’utilisèrent comme une carrière. Elle servit néanmoins beaucoup aux archéologues et aux architectes contemporains. A Abou Roach, il est possible d’étudier l’intérieur des structures d’une pyramide de la IVe dynastie. L’élément le plus marquant est sans aucun doute le fait que les architectes utilisèrent un éperon rocher pour construire la pyramide. Ainsi, environ un tiers du volume de la pyramide est naturel! En est-il de même à Giza? L’emploi du relief a permis d’épargner de nombreux jours de travaux aux bâtisseurs de la pyramide. Cela révèle l’intelligence et l’esprit pratique des architectes de la pyramide de Djedefra.

La pyramide de Djedefra fut aussi la première à posséder un revêtement de granit à sa base. Jusque-là, les pyramides étaient intégralement recouvertes de calcaire blanc. A partir de Djedefra, elles deviendront bicolores: roses à la base et blanches pour l’essentiel du revêtement. Les architectes de Djedefra réalisèrent des appartements funéraires sous la pyramide. Ils abandonnèrent donc les chambres au cœur de la pyramide. Les innovations de Chéops ne furent donc pas répétées.

Les fouilles d'Abou Roach

La première mention moderne de la pyramide date du XIXe siècle. Elle fut repérée par la capitaine Giovanni Battista Caviglia. Le premier archéologue à fouiller à Abou Roach fut Perring, en 1837. Lepsius effectua quelques sondages en 1842 et 1843. Flinders Petrie travailla également sur le site en 1880 et 1882. Le premier archéologue français à fouiller Abou Roach fut Emile Chassinat (1900-1904). Il découvrit le nom du roi et la fosse qui contenait jadis une barque funéraire. Il mit aussi au jour la tête du roi qui est exposée au Louvre. Lacau puis Montet découvrirent une nécropole thinite (dynasties 0, 1 et 2) à proximité de la pyramide (1913-1922) et Bisson de la Roque mit au jour les mastabas de l’Ancien Empire entre 1922 et 1924.

En 1991, une mission franco-égypto-suisse fut constituée par Michel Valloggia pour reprendre les fouilles à Abou Roach. La première campagne eut lieu en 1995. Une pyramide satellite fut dégagée, le temple haut de la pyramide fut étudié. La mission s’intéressa également aux appartements funéraires. En 2003, des monnaies en or romaines de l’empereur Licinius furent mises au jour.