La naissance du chaton a lieu après une gestation de deux mois. Son développement va ensuite se produire par phases. Chacune est importante et déterminante pour le devenir psychologique du petit chat.

Naissance

Le chaton, qui pèse environ 100g, naît presque sourd, aveugle et les griffes sorties. Il parvient à lever la tête. Son odorat est déjà assez développé pour lui permettre de sentir sa mère (et les phéromones qu’elle sécrète pour le rassurer). Grâce à cet odorat, et aussi à son sens tactile, il peut repérer les mamelles. Pendant trois jours, le bébé chat va téter du colostrum (riche en anticorps) qui va le protéger contre les maladies. En effet, à ce moment, le chaton est entièrement dépendant de sa mère pour son immunité.

À ce stade, la mère quitte très peu le nid, sa présence est primordiale. Elle passe beaucoup de temps à nourrir, lécher et nettoyer ses petits (après avoir stimulé leurs sphincters pas encore fonctionnels). Le chaton crie pour l’appeler dès qu’elle le quitte. C’est une période essentielle au bon développement du jeune. Une séparation d’avec sa mère à cet âge pourra être lourde de conséquences en termes de santé et de comportement à l’âge adulte.

Deuxième semaine

Entre 6 et 14 jours, suivant la race et l’individu, le chaton ouvre des yeux toujours bleus, mais qui ne voient pas grand-chose et louchent un peu. À peu près en même temps, ses conduits auditifs s’ouvrent, son ouïe devient assez performante pour qu’il tourne la tête en entendant un bruit. D’ailleurs, ses oreilles grandissent et se défripent. Il peut percevoir les quatre saveurs de base (sucré, salé, acide, amer)

Il a doublé son poids de naissance et grossit de 10 à 20 grammes par jour. Pour se déplacer, il rampe en utilisant surtout ses pattes antérieures, mais les postérieures, qui se renforcent, commencent à aider à la poussée. Il ne sait pas encore rétracter ses griffes.

C’est le début de la mise en place des comportements de communication. Si le chaton est précoce, il commence à ronronner.

Troisième semaine

Vers 17 jours, il arrive à se tenir sur ses pattes pour une marche instable et sait s’asseoir. C’est aussi l’âge où il est capable de se lécher les pattes avant. Sa vision et son ouïe s’améliorent sensiblement. Il peut maintenant se servir de ses yeux pour se déplacer, de son ouïe pour distinguer les voix. C'est le début de son intérêt pour les races amies (humains, chiens, autres chats) et son environnement. Il sait reconnaître le miaulement de sa mère et de ses frères et sœurs.

Le couleur des yeux se précise. Le sommeil solitaire apparaît, c’est-à-dire qu’il ne dort plus systématiquement sur sa mère ou en tas avec sa fratrie.

Un mois

Désormais, quand il ne dort ou ne mange pas, il joue. Il ronronne aussi régulièrement et peut rétracter ses griffes. Ses canines de lait poussent. Il s’intéresse à la litière, mais ne l’utilise pas encore, bien qu’il commence à contrôler ses sphincters. Sa mère entreprend de l'éduquer, notamment en inhibant les griffures intempestives par des coups de patte.

Vers 5 ou 6 semaines, c’est la période de transition alimentaire. La chatte a moins de lait et le chaton n’est plus rassasié, sa croissance ralentit légèrement. Il a suffisamment de dents, il va donc commencer à manger du solide pour compenser, mais il cherche toujours à téter.

Son comportement de prédateur se met en place. Il cherche des proies (insectes, boulette de papier, feuille morte…) et s’entraîne à chasser en jouant. Son audition est maintenant complète. Il marche très bien et commence à grimper. La propreté est presque acquise.

Sept semaines

C’est la phase de sevrage. La chatte commence à repousser les chatons : elle manque de lait et les petites dents pointues la blessent.

Le chaton est propre, il peut trotter et courir. Il se dépense énormément par courtes périodes, suivies de profonds sommeils. Il pèse environ 700 grammes.

La suite de sa croissance dans : Développement du chaton de 2 mois à l'âge adulte.

Sources :

Le guide de chats Fernand Méry au Livre de Poche Pratique.

La pathologie néonatale du chaton :mémento à l’usage du vétérinaire, thèse de doctorat vétérinaire, Muriel Thévenet - 2007