Andaman... Qui n'a jamais rêvé de s'exiler, même le temps des vacances, sur une île enchanteresse baignée par les eaux claires et chaudes des tropiques ? Maldives, Maurice et autres paradis terrestres sont des destinations de choix, mais leur fort potentiel touristique commence à être saturé, et bien des vacanciers commencent à rechercher des zones moins fréquentées. Si l'archipel des Andaman, situé au sud-est de l'Inde, possède encore des zones relativement vierges, il faut les aborder pour ce qu'elles sont : l'un des derniers paradis épargnés par la civilisation et, pour cette raison, ne pas encourager les marchands de paradis et voyager "raisonnablement".

Comment se rendre aux îles Andaman ?

A partir du sous-continent indien, une ligne aérienne quotidienne assure la liaison de Delhi, Chennai, Calcutta ou Bombay, mais elle est le plus souvent surbookée, et si l'on ne veut pas participer à la pollution des îles, il est conseillé plutôt de prendre le bateau pour 3 jours de traversée. Pour cette raison, n'allez pas aux Andaman pour juste un petit tour de quelques jours, car les trajets, avion comme bateau, sont des plus aléatoires, soumis aux caprices de la météo. Les bateaux partent uniquement de Chennai ou de Calcutta. Si vous êtes en Thaïlande, aucune liaison n'est possible pour les îles Andaman.

Un permis est exigé pour se rendre de l'Inde aux îles. En avion, ce permis vous sera délivré à l'aéroport de Port Blair. En bateau, il est délivré au port d'embarquement (Shipping Corporation of India). Il est gratuit, et délivré pour 15 ou 30 jours.

Havelock, le centre touristique des Andaman

C'est sur l'île de Havelock que se sont concentrées les structures touristiques de l'archipel, et c'est tant mieux. Ainsi, les autres îles restent pour le moment relativement vierges de pollution de toute sorte. Un ferry assure la liaison entre Port Blair et Havelock. On trouve des structures pour tout budget : formule bungalow basique sans électricité, hôtels plus confortables, hôtels de luxe avec climatisation, piscine, tv... Havelock possède 7 plages (numérotées de 1 à 7, ce n'est pas très romantique...).

Avant de vous rendre sur Havelock, prévoyez de changer votre argent à Port Blair et de faire quelques emplettes, car sur l'île, même si aujourd'hui on peut trouver pas mal de choses de première nécessité, il n'y a pas de structures administratives. En revanche, les Indiens andamanais vous fourniront en légumes et fruits frais sans problèmes.

Long Island, Little Andaman, nature sauvage et liberté

Les Occidentaux, contrairement aux Indiens, recherchent heureusement davantage d'authenticité, et c'est sur Long Island que l'on trouve encore cet esprit aventurier, en communion avec la nature. Pourtant, l'afflux de plus en plus important de touristes met la vie des autochtones en danger : l'eau potable est utilisée pour les douches des insouciants vacanciers, et au lieu de faire vivre les Indiens locaux en leur achetant leurs légumes ou en leur demandant de cuisiner de bons plats locaux, des produits manufacturés arrivent quotidiennement de Port Blair.

La tribu Onge vit sur Little Andaman : laissez-les tranquilles ! On n'est pas au zoo, et votre présence peut être source de contamination pour ces peuplades encore préservées de nos maladies.

Un paradis... pour les insectes !

Comme toute bonne chose a son revers, les tropiques ont leur enfer. La touffeur de la forêt vierge, le climat chaud et humide, favorisent la présence d'hôtes peu recommandables. Différents insectes piqueurs, dont certains assez venimeux, habitent ces radieuses contrées, et sur Havelock, il n'y a pas d'hôpital, et pas toujours de médecins disponibles pour venir vous soigner. Pensez à vous munir d'antiseptique, d'antihistaminique, mais surtout faites preuve de prudence, surtout si vous marchez pieds nus.

Préservez le paradis, encouragez l'autonomie des habitants

Pour le moment, le gouvernement indien est encore à peu près respectueux des engagements pris pour la sauvegarde de la forêt vierge et des tribus Jarawas (quoique bien des points ne soient pas encore mis en application). Le tourisme est volontairement limité à certaines zones, mais à condition que la pression des touristes eux-mêmes ne vienne pas motiver les autorités à transformer ces îles en club de vacances. Que pouvez-vous faire pour être des hôtes respectueux ?

  • N'emportez pas de bouteilles plastiques. Utilisez les comprimés de désinfectant à dissoudre dans l'eau.
  • Mettez vos ordures non biodégradables dans des sacs que vous ramènerez sur le continent à la fin de votre séjour. Sinon, elles risquent de finir dans la mer, seule décharge existante des îles.
  • Favorisez l'hébergement chez l'habitant, et non dans les clubs de vacances bétonés.
  • Faites de la plongée sous-marine tant que vous voulez, mais ne participez pas à la pêche de loisir.
  • Evitez de polluer les belles eaux turquoises de crème solaire. Le milieu marin est la seule ressource des habitants de ces îles.
L'essentiel est de rester conscient que vous mettez les pieds sur l'un des derniers paradis terrestres, et de s'assurer qu'en repartant vers le continent, votre présence n'aura rien modifié à son équilibre.

Liens :

Voyager responsable aux îles Andaman

Suivez Babaji, le guide "intelligent"