Trois précédents articles vous ont permis de :

Construire un dossier pour un projet d'entreprise.

Bien poser une problématique dans un dossier de projet.

Rédiger le fond d'un dossier de projet d'entreprise.

Il vous faut maintenant soutenir oralement votre dossier devant un jury. Comment optimiser votre prestation ?

Comment aborder une soutenance orale ?

"Soutenir" un dossier ne signifie pas seulement "le présenter", mais plutôt "le défendre" ou, mieux, "le vendre". Vous devez faire preuve de conviction.

Pour cela, souvenez-vous simplement que vous vous adressez à des personnes, et que votre objectif n'est pas le leur. Prenons deux exemples :

  • Vous voulez exposer une stratégie destinée à une équipe de travail. Le jury doit supposer que l'équipe de travail adhérera à cette stratégie car celle-ci leur amènera une valeur ajoutée. Autrement dit, si les jurés s'imaginent à la place de l'équipe de travail, ils doivent être convaincus.
  • Vous voulez présenter une nouvelle technologie. Le jury doit avoir envie de l'utiliser -s'il était en situation d'avoir à le faire, bien sûr.

Quel comportement adopter ?

L'effet de Halo -autrement dit l'impact que vous dégagez- est primordial. Votre présentation vestimentaire et votre allure générale seront nettes et soignées, sans ostentation.

Vos gestes doivent accompagner vos propos, et non les parasiter. Mains qui tremblent, ou encore tête "rentrée" dans les épaules, sont des attitudes à bannir.

Soyez vous-même, et dites-vous que le jury qui vous fait face verra passer un certain nombre de candidats similaires et formatés, avant et après vous, et que vous lui ferez extrêmement plaisir si vous parvenez à l'étonner, voire à l'amuser, tout en restant dans le principe de la soutenance de projet.

Comment débuter votre discours ?

L'accroche est essentielle : elle va conditionner le jury à vous écouter.

  • D'entrée de jeu, vous devez "séduire" votre auditoire. Que vous soyez assis ou debout, souriez, parlez distinctement, posément, et adaptez votre tonalité de voix à l'espace qui vous sépare du jury.
  • Remerciez votre public d'être présent. Ce sont des choses qui se disent et qui sont appréciées.
  • Votre soutenance peut débuter par une anecdote relative au sujet que vous traitez, ou par une généralisation : La plupart d'entre nous...", ou encore par une provocation : "N'avez-vous jamais pensé que.. ?" ou "Ne vous êtes-vous jamais dit que....?"

Quelles sont les techniques pour optimiser votre présentation orale ?

Utilisées à bon escient, et à partir du moment où le contenu que vous exposez est intéressant, ces "astuces" feront la différence, en comparaison à des prestations plus neutres, et plus "plates".

Les astuces liées au rythme du discours

  • Utilisez des phrases courtes, plus percutantes.
  • Entre deux parties de discours, faites une transition : "Nous venons de voir "tel aspect", qui nous a permis de comprendre que...", "nous allons aborder maintenant l'impact de...". Si vous disposez d'un support (plan affiché sur un paperboard ou diaporama), utilisez-le pour permettre à votre public de se raccrocher à ce fil conducteur.
  • Sachez ponctuer votre discours de quelques silences judicieusement disposés, en début de partie, ou encore juste après une "question de pure forme". Utilisée par les conférenciers, elle permet d'attirer l'attention du public en posant une question à laquelle l'orateur répond lui-même après quelques secondes : "Que pouvons-nous dire sur la conjoncture actuelle ?" -silence de deux secondes-. "Eh bien, nous allons étudier cet aspect maintenant en trois points distincts".
  • Variez votre rythme d'élocution et votre intonation, et prenez une légère inspiration pour remplacer les "euh", "hein", "donc", que vous serez tenté d'utiliser.

Les trucs pour optimiser le contenu

  • Pour amener une idée majeure, il faut utiliser une "phrase-tremplin" : "Permettez-moi d'attirer votre attention sur l'aspect suivant", ou encore "Ce que je vais vous dire maintenant est extrêmement important". La "phrase-tremplin" sert à attirer l'attention sur le contenu qui va suivre, et qui serait sinon noyé dans la masse.
  • Utilisez des substantifs de préférence aux pronoms : "Les Ingénieurs" sera plus percutant que "ils". Les pronoms "on" et "ce" doivent être évités le plus possible, sauf s'ils font l'objet d'un effet de style : "On pourrait aisément croire que...".
  • Les tournures négatives sont moins percutantes que les phrases exprimées en positif : "Il semble difficile de continuer à négliger le chômage des jeunes" aura moins d'impact que "Le chômage des jeunes doit être combattu".
  • Certaines "phases-choc" seront répétées, sans pour autant tomber dans l'appel syndical : "Nous nous sommes battus pour obtenir cette aide spécifique", "Nous nous sommes battus pour que ce diplôme soit reconnu".
  • Emaillez votre discours d'exemples concrets, qui faciliteront la compréhension : "L'aide financière obtenue représente l'équivalent de X emplois à plein temps".

Et pour conclure ?

La conclusion aura été soigneusement préparée, sera brève, et n'introduira jamais une idée nouvelle, sous peine de générer une frustration chez votre public. Deux méthodes peuvent être envisagées :

  • Une conclusion-résumé, axée sur les principales idées du discours (une idée-clé par partie).
  • Une conclusion motivante qui rappelle les avantages du projet, et les conséquences positives pour chacun, et qui pourra évoquer l'action qui sera menée très prochainement.
Les remerciements envers ceux qui ont permis que vous vous exprimiez, et envers ceux qui vous ont attentivement écouté, sont de mise. Vous terminerez ensuite par un appel aux questions, en précisant -selon le contexte de votre soutenance- la durée impartie à ce moment d'échange.