Avoir un chien parfaitement épanoui lorsqu'on n’a pas de jardin demande des efforts conséquents en termes de promenades quotidiennes, faute de quoi son bien-être et sa santé sont en péril. Le chat en revanche s’y adapte sans souci. Animal territorial par essence, il lui suffit justement d’avoir son territoire. Et s’il ne s’agit que de votre deux pièces, il s’en contentera très bien, pour peu que vous lui donniez les moyens d’y mener une vraie vie de chat.

L’accueillir

Si vous comptez prendre un chaton provenant d’un élevage, il n’a jamais mis le nez dehors, ou alors si peu qu’il l’oubliera bien vite. Il suffira dans ce cas de choisir un chaton docile par nature; l’éleveur vous y aidera. Un test tout simple consiste à prendre le chaton et à le mettre sur le dos. S’il se laisse faire et gratouiller le ventre, tout va bien. S’il se débat comme un diable, il y a fort à parier qu’il deviendra un chat très indépendant, susceptible de ne pas convenir à votre mode de vie.

Par contre, adopter un chat adulte (ou un jeune chat) qui a goûté à la liberté est plus difficile. Il peut rechigner à s’en passer. Pour éviter d’avoir un compagnon qui ne cesse de chercher à fuir, mieux vaut être bien renseigné avant.

Veiller à sa sécurité

On croit que parce que le chat retombe sur ses pattes grâce à son sens de l'équilibre (voir les cinq sens du chat) il peut supporter des chutes de grande hauteur sans risquer de se faire mal. En réalité, il faut savoir que les blessures peuvent être graves et que certaines chutes sont mortelles.

Si vous habitez en étage, le plus grand danger est le balcon ou le rebord de fenêtre. Par exemple, le chat aux aguets convoite un oiseau. Son instinct de chasse est si fort qu'il peut en oublier la prudence ou commettre une maladresse et glisser. De même s'il s'endort, il arrive qu'il tombe en remuant dans son sommeil.

Vous pouvez rendre son environnement plus sûr par la pose d'un filet de sécurité ou d'un grillage. S'il s'agit d'un chaton, plus insouciant donc moins conscient du danger, mieux vaut lui interdire l'accès au balcon.

Satisfaire ses instincts

Si vous voulez que votre petit félin se sente pleinement satisfait de sa vie de chat d’intérieur, il lui faut de quoi assouvir son atavisme : grimper, griffer, chasser. Même lorsque la surface au sol est vaste, le chat escalade et cherche un point de vue en hauteur pour pouvoir surveiller et se reposer en toute sécurité. Atteindre le haut de l’armoire ne lui fait pas peur. De même, il utilise le griffage pour marquer son territoire (grâce aux glandes situées entre ses coussinets). Ne le grondez pas, il ne peut pas comprendre qu'il lui est interdit de suivre son instinct. Quant à la chasse, faute de proies vivantes, il se rabattra sur des objets inanimés.

Il a donc besoin d’endroits de griffage autorisés. Il existe toutes sortes de griffoirs à fixer au mur. Mais l’arbre à chat présente plusieurs avantages : on y grimpe, on y dort douillettement, on s’y fait les griffes et on y joue. C’est du tout-en-un. Du petit modèle au modèle géant, il y en a pour tous les goûts, tous les espaces et tous les budgets. Les bricoleurs habiles pourront aussi installer des plateformes en hauteur (gain de place) accessibles en escalier. Succès garanti !

D’autre part, il lui faut ce que nous humains appelons des jouets afin de chasser comme tout félin qui se respecte. Le traditionnel bouchon-ficelle suspendu à une poignée de porte, bien sûr, mais aussi une boulette de papier, une balle, une souris en caoutchouc etc.

Lui consacrer du temps

Certes, un chat peut rester seul sans problème (et sans risques de dépression) pendant de longues heures. Il vous attendra en dormant. Mais lorsque vous rentrez, il a besoin de votre attention, et pas seulement pour le nourrir. Jeux, câlins, les moments de complicité avec lui font aussi partie de son équilibre.

Si vous êtes vraiment très peu disponible, envisagez de prendre deux chats. Ils se partageront volontiers l’espace pour jouir de leur compagnie mutuelle.

Respecter ses besoins

Même dans un petit studio, ne mettez pas la boîte à litière à côté de ses gamelles. Mangeriez-vous dans les toilettes ? Le chat est comme vous, il déteste ça. Il risque alors de souiller d’autres endroits pour essayer de vous le faire comprendre.

Laissez-lui un coin qui ne sera rien qu’à lui. Panier, coussin, fauteuil (ou son arbre à chat) peu importe, mais dont vous ne le délogerez jamais. Ainsi, il saura qu’il est vraiment chez lui.

Du même auteur, d’autres conseils pour vous aider : accueillir un chaton à la maison, éduquer son chaton et prévenir les risques d’accident domestique pour son chat.