La guitare s’accorde, de la corde la plus grave (en haut) à la plus aigue, comme suit : Mi La Ré Sol Si Ré. Ou, selon la notation la plus souvent en vigueur dans les recueils de tablatures et sur Internet : EADgbe. Cet accordage standard peut néanmoins se modifier.

  • Un demi-ton en dessous
Le plus simple consiste à descendre toutes vos cordes. Jimi Hendrix et Stevie Ray Vaughan jouaient avec leurs instruments réglés un demi-ton en dessous de la normale, ce qui donne Mi bémol (b), Sol dièse (#) Do #, fa #, si b, mi b. Mais vous pouvez descendre plus bas encore.

  • Deux tons en dessous
Jimi Hendrix, encore lui, joue la version acoustique de « Hear my train comin’ » avec une guitare douze cordes accordée deux tons plus bas : Do Fa Sib mib sol do. Neil Young fait la même chose sur « Ambulance blues » et Paul McCarteny sur « Jenny Wren ». L’intérêt est triple. Vous obtenez plus de résonance, les cordes sont plus souples car moins tendues, et, pour les hommes, il est plus facile de chanter car la guitare est plus basse et permet à une voix mâle de se caler plus facilement.

  • Guitare baroque
Si vous jouez de la guitare baroque, il est très probable que vous devrez descendre la corde sol d’un demi-ton pour obtenir un Fa #. « La chanson de l’empereur » ou les oeuvres de John Dowland se jouent ainsi. Parce qu’il s’agit en fait de morceaux de luth transposés pour la guitare.

  • Drop D
Neil Young est un grand utilisateur des cordes Mi descendues en Ré (en anglais, Drop D ou Double Drop D quand les deux Mi sont concernés). « Cinnamon girl », « Barstool blues », « Harvest moon », « World on a string », « F*ckin' up », l’essentiel de l’album Greendale, sont joués de cette manière. Sur la version de « Act naturally » par les Beatles, le Mi grave est aussi passé en Ré.

Ensuite, viennent des accordages plus compliqués.

  • Open de Sol
C’est le secret le moins bien gardé du rock : Keith Richards joue quasi exclusivement, depuis 1968, avec des guitares en accordage « ouvert ». C’est-à-dire que lorsqu’il brosse ses cordes à vide, il obtient un accord, ce qui n’est pas le cas en accordage standard. En l’occurrence, il est réglé en sol : Ré Sol Ré Sol Si Ré (ou DGDGBD). « Honky tonk woman », « Start me up », « Monkey man », « Brown sugar », « Happy », « Rocks off », « Soul survivor », « Midnight rambler » et tant d’autres sont jouées avec cet accordage.

Ce réglage est très utilisé pour la slide guitare (tube de métal qui glisse sur les cordes). Comme sur « Dallas » de Johnny Winter. Le bluesman Robert Johnson interprète « If I had possession over judgement day» comme ça également.

  • Open de La
L’accordage précédent mais un ton plus haut : Mi La Mi la do# mi. Vous pouvez alors jouer « Crossroads blues », « Come on in my kitchen » ou « Walkin’ blues » de Robert Johnson

  • Open de Ré
Accordage Ré La Ré fa# la ré : en brossant vos cordes à vide, vous obtenez un Ré. C’est comme ça que Bob Dylan joue « Tangled up in blue » (album Blood on the tracks). Et si vous laissez un Fa au lieu d’un Fa#, vous êtes bon pour « You got the silver » des Stones.

  • Open de Mi
L’accordage précédent un ton au-dessus : Mi Si Mi sol# si mi. Duane Allman joue «Little Martha» ainsi (sur Eat a Peach de l’Allman Brothers Band).

  • Open Ré 4
Les cordes montées Ré La Ré sol la ré. Un formidable accordage pour créer des climats gaélique, indianisant ou arabisant, avec des cordes en bourdon. C’est le secret de « Black Mountain Side » de Led Zeppelin (ou « Blackwater side » de Bert Jansch), de la version de « Out on the western plains » par Rory Gallagher ou encore « Man of constant sorrow » version O’ Brother.

  • Open de Fa
Do Fa Do fa la fa. Vous pouvez alors jouer « Bron-Y-Aur Stomp » de Led Zeppelin (sur Led Zeppelin III)

  • Open de Do 6
Do La Do sol do mi. Vous pouvez jouer… « Bron-Y-Aur », instrumental de Led Zeppelin sur Physical Graffiti. Ou « Friends » de, encore, Led Zeppelin.

  • Open de Mi
Peut-être l’accordage le plus étrange : Mi Mi Mi mi si mi (ou Mi Si Mi mi si mi). Il est très prisé de Stephen Stills qui joue notamment « Suite : Judy blue eyes » et « Carry On » de cette manière. L’effet est saisissant.

  • L’accordage Nashville
Il s’agit de l’accordage standard mais avec une petite manipulation. Prenez un jeu de guitare 12-cordes, récupérez les cordes aigues doublant les trois cordes graves (Mi La Ré) et montez-les à la place de, justement, vos cordes graves. Mais laissez les trois autres (sol si mi) telles quelles. Vous obtenez grosso modo le son d’une guitare 12-cordes mais avec une 6-cordes. C’est le son de « Wild horses », des Rolling Stones.

A vous de jouer maintenant !