L'épineuse question des chômeurs en fin de droits et n'ayant pas droit à l'ASS ou au RSA (soit parce qu'ils ont moins de 25 ans, malgré les nouvelles conditions du RSA jeunes, soit parce les revenus du foyer dépassent de peu les plafonds de ressources fixés pour pouvoir bénéficier de ces allocations, aurait-elle trouvé une issue ? Quels sont les changements à attendre de l'accord signé entre le secrétaire d'Etat à l'emploi, Laurent Wauquiez, le patronat et les syndicats ?

Le plan rebond en concret : quels changements pour les chômeurs en fin de droit ? Une allocation ?

Le 15 avril 2010, un accord a été conclu entre le gouvernement, les syndicats et le patronat, sous la forme d'un "plan rebond" qui prévoit d'octroyer une allocation temporaire spécifique pour les personnes en fin de droits n'ayant pas droit à d'autres allocations de solidarité comme le revenu minimum d'activité ou l'allocation de solidarité spécifique.

D'après le rapport du conseil des ministres en date du 21avril 2010, consultable sur le portail du gouvernement, l'un des éléments de ces mesures en faveur des demandeurs d’emploi en fin de droits présentées au Conseil des ministres du 21 avril concerne une allocation sous forme de "filet de sécurité" pour les chômeurs n'ayant plus droit à l'assurance chômage. Remédier au plus urgent, c'est donc l'un des axes de ce plan rebond en faveur des chômeurs en fin de droits. Le montant de cette nouvelle allocation pour les chômeurs en fin de droits, d'après le site du Service Public, doit être équivalent à 460 euros par mois et par allocataire. Les conditions spécifiques d'attribution de cette allocation sont encore à préciser, mais le montant total de l'enveloppe consacrée par le gouvernement s'élève à près de 700 millions d'euros, pour environ 300.000 chômeurs en fin de droits !

Les aides au retour à l'emploi : contrats aidés et formations rémunérées, financés par les Régions

Mais en plus de ce "filet de sécurité", l'élément phare du "plan rebond", ce sont les nouvelles aides mises en oeuvre pour le retour à l'emploi des chômeurs de longue durée en fin de droit. En effet, les chômeurs arrivés au terme de leurs allocations et sans autres ressources en 2010 pourront bénéficier de mesures spécifiques à partir de la fin du mois de mai 2010, notamment des contrats aidés et des formations rémunérées ou, à défaut, une aide financière exceptionnelle.

Le rapport du conseil des ministres indique que les régions mettront en oeuvre 20.000 formations supplémentaires, et l'l'AFP précise, en date du 15 avril 2010, que les " Formations rémunérées pour 70.000 personnes et les contrats aidés pour 170.000 autres (50.000 contrats initiative-emploi et 120.000 contrats d'accompagnement dans l'emploi) constituent deux pistes d'action privilégiées à destination des chômeurs en fin de droits ciblés".

Après la mise en oeuvre du contrat unique d'insertion (cui-cie ou cui- cae, qui englobe différentes mesures d'aide pour l'emploi du Plan de cohésion sociale de 2005, cette nouvelle mesure tente de régler la situation dramatique des personnes n'ayant pas accès à l'emploi et de leur famille.

CONT9