Au moment des vacances se pose toujours le problème de nos petits compagnons à quatre pattes. Bien qu’ils soient le plus souvent plus petits qu’un chien, les chats ne voyagent pas forcément plus facilement qu’eux. Faut-il les emmener avec nous ou les faire garder ? Comment organiser un voyage avec un chat ? Voici les options qui s’offrent à vous.

Vous ne voulez ou ne pouvez pas partir avec lui, ou eux :

  • Les amis ou voisins qui rendent service
Un chat peut tout à fait bien supporter l’absence prolongée de ses maîtres (pas pendant 6 mois tout de même) s’il reste dans son environnement habituel et qu’une personne vient prendre soin de lui chaque jour.

Ce qui ne signifie pas seulement changer sa litière, lui donner à manger et de l’eau fraîche, mais aussi lui parler, le caresser et passer un peu de temps avec lui. Choisissez donc avec soin la personne à qui vous le confiez, de préférence quelqu'un que le chat connaît déjà bien et qu’il apprécie.

  • Les pensions pour animaux
Moyennant 7 à 14 € par jour, des pensions spécialisées accueilleront votre chat en votre absence. Étudiez les différentes propositions, les prestations changent d’un établissement à l’autre : hébergement individuel ou non, accès à un jardin ou non, nourriture en supplément ou non, etc. Réservez à l’avance.

Prévoyez un doudou (son coussin, son jouet préféré) ou un vêtement imprégné de votre odeur pour qu’il se sente un peu comme à la maison. N’oubliez pas ses médicaments s’il en prend.

Si vous ne connaissez aucune pension de confiance, choisissez-en une agréée par la DDSV (Direction Départementale des Services Vétérinaires).

Vous avez décidé de partir avec lui, ou eux

  • La sécurité
Voiture, train ou bateau (en avion c’est obligatoire), votre chat doit impérativement voyager dans une boîte de transport. Un félin libre de ses mouvements dans un véhicule peut, s’il est effrayé, faire à peu près n’importe quoi. Sauter sur le conducteur, se réfugier sous les pédales, sauter par une fenêtre ouverte. Équipez la boîte d’un fond épais en papier journal en cas d’incident (vomissement, urine, déjections) et prévoyez un rechange.

Pensez à vous arrêter régulièrement pour le sortir - toujours en laisse ! - et lui donner à boire. En revanche, cessez de le nourrir 8 heures avant le départ, et ce jusqu’à l’arrivée à destination. Ne le laissez jamais seul dans la voiture, la déshydratation et le coup de chaud sont parfois mortels.

Munissez-vous de son carnet de vaccination, d’une trousse de secours contenant un crochet à tiques et une pommade antiseptique en cas de blessure pendant le séjour.

  • Le mal de transports
Il existe différents médicaments efficaces pour y remédier, en allopathie, phytothérapie ou homéopathie. Ils contiennent en général un léger sédatif associé à un antivomitif. Demandez conseil à votre pharmacien. Vaporiser la boîte avec un spray antistress pourra aussi s’avérer utile.

  • L’éducation
Si vous êtes du genre globe-trotter mais qu’il est hors de question pour vous de partir sans votre minou, il va falloir l’habituer dès son plus jeune âge. Un déplacement est pour lui source de stress, comme pour nombre d’humains, d’ailleurs. Les bruits, les odeurs, les vibrations sont autant de facteurs de peur lorsqu’ils sont inconnus.

Commencez par des petits trajets en voiture et pas seulement pour la visite chez le vétérinaire. Votre chaton ne doit pas associer voyage et piqûre… Accoutumez-le également au train le plus tôt possible. L’avion est souvent son moyen de transport préféré, insonore et stable.

  • Les hôtels qui acceptent les animaux
Certains établissement hôteliers acceptent vos animaux de compagnie. Vous trouverez de nombreuses opportunités sur Monfidelami.com

La réglementation vétérinaire pour les voyages

La vaccination contre la rage est obligatoire pour certains départements français et dans tous les cas pour les voyages à l‘étranger. Certains pays exigent également un titrage sérique datant de moins de 3 mois (prise de sang pour contrôler les anticorps antirabiques). Il est conseillé de se munir du carnet de santé de l’animal ou mieux : de son passeport européen.

Selon le ministère de l’agriculture, votre chat devra impérativement :

  • Être identifié par micro-puce ou tatouage.
  • Avoir un certificat de vaccination antirabique en cours de validité
  • Avoir un certificat de bonne santé délivré par un vétérinaire datant de moins de 8 jours à la date du départ.
Ces documents doivent être validés par la DDSV dont relève le vétérinaire.

CONT 10