Les ratios sont des outils indispensables dans le cadre de l’analyse financière (du bilan ou du plan financier) de l’entreprise. Voici comment calculer et analyser trois ratios financiers : l’un concerne la liquidité, l’autre la rentabilité et le dernier porte sur la solvabilité de l’entreprise.

Les ratios de liquidité

  • Le ratio de liquidité affiné ou acid test ratio (A/B)
Pour le calculer, il faut en premier lieu, additionner les créances à court terme (un an au plus), les placements de trésorerie, les valeurs disponibles en caisse et en banque ainsi que les comptes de régularisation inscrits à l’actif du bilan (somme 1 = A). Ensuite, il s’agit de diviser la somme obtenu par l’addition des dettes à court terme (échus dans moins d’un an) et des comptes de régularisation au passif du bilan (somme 2 = B).

Le ratio de liquidité affiné se distingue du ratio de liquidité général par l’exclusion des stocks du dénominateur (A). L’acid test ratio sera préféré lorsque les stocks sont très peu liquides à court terme ou bien s’ils sont soumis à un risque important de périssabilité ou d’obsolescence.

  • Interprétation du ratio :
Si ce ratio est inférieur à 1, cela signifie que l’entreprise ne dispose pas de suffisamment de liquidités afin de faire face à ses obligations à court terme. Plus le ratio de liquidité est supérieur à 1, plus l’entreprise dispose d’un confort financier suffisant.

Les ratios de rentabilité

  • Le ratio de rentabilité nette des fonds propres :
C’est le ratio qui souvent intéresse le plus les actionnaires de l’entreprise. En anglais, il est nommé R.O.E (Return On Equity - rendement des fonds propres). Ce ratio est calculé en divisant le bénéfice net de l'exercice par les capitaux propres de l’entreprise.

  • Interprétation du ratio :
Supposons que les fonds propres investis dans l’entreprise soient de 100 et que le bénéfice réalisé soit de 20. Cela signifie que le R.O.E est égal à 20%. Cela indique donc aux actionnaires que le bénéfice obtenu correspond à un cinquième du montant investi. En d’autres termes et toutes choses restant égales par ailleurs, cela signifie que dans cinq ans, les actionnaires auront récupéré la totalité de leur mise.

Il n’y a pas de minimum ou de maximum indicatif pour ce ratio. En effet, tout dépend du type d’entreprise et du secteur d’activité dans lequel elle évolue. A ce titre, il serait intéressant pour toute entreprise d’étudier les R.O.E de quelques proches concurrents. Ceci permettra d’évaluer si sa rentabilité correspond à la moyenne sectorielle. Un R.O.E élevé est généralement de bon augure, sauf quand il provient d'une faiblesse des capitaux propres (voir le ratio de solvabilité ci-dessous).

Les ratios de solvabilité

  • Le ratio du degré d’indépendance financière
C’est le principal ratio qui mesure la solvabilité d’une entreprise. Ce ratio intéresse plus particulièrement les bailleurs de fonds qui souhaitent vérifier si leur client est suffisamment solvable ou, à contrario, faiblement capitalisé. Le ratio du degré d’indépendance financière se calcule en divisant les capitaux propres par le total du passif.

  • Interprétation du ratio:
Plus ce ratio est élevé, meilleure est la solvabilité. Toutefois, un arbitrage doit être fait entre l’exigence de solvabilité et l’effet de levier induit par l’endettement. Il est généralement admis que la structure financière est équilibrée dès lors que ce ratio atteint ou dépasse 33%.

Pour aller plus loin:

Un résumé des principaux ratios utiles pour le diagnostic financier des PME (PDF)

Finance d'entreprise 2011 (Pierre Vernimmen - éditions Dalloz)