Pour la chasse à la palombe, un décor tout d’abord : la corniche basque d'Urrugne exceptionnellement préservée avec l’océan et les montagnes pour toile de fond. Du haut de la falaise, balayée en cette fin d’été indien par les vents, l’océan et ses voiliers. Un virage à 180° et c’est le début de la chaîne pyrénéenne qui offre ses premières pentes verdoyantes avec les Trois Couronnes et bien sûr la Rhune. Un autre tour et c’est la côte qui file vers les Landes.

C’est cet endroit de carte postale que le Groupe d’Investigation International de la Faune Sauvage (GIFS) a choisi pour compter, très officiellement, le nombre de palombes qui passent en cette période de migration entre octobre et novembre. Ce comptage est réalisé conjointement avec la fédération départementale des chasseurs des Pyrénées-Atlantiques.

Le comptage des oisieaux

Ici, pas de batailles de chiffres entre les autorités et les organisateurs. Les compteurs, venus du Sud de la France et majoritairement du Pays Basque effectuent ce travail avec plaisir. Outre les palombes, cette période de l’année est également propice aux vols de grues, d’oies, de grives ou de vanneaux. D’autres postes existent dans les Pyrénées-Atlantiques comme à Sare ou Arnéguy. Mais c’est à Urrugne que les palombes sont les plus nombreuses. Et le journal local relaye chaque jour, le comptage de la veille et le récapitulatif de la semaine.

Entre cols et ports

Si au nord de la Loire, ce pigeon est dédaigné, passé la Garonne, la palombe devient un oiseau qui suscite les passions. Dès septembre, les préparatifs commencent. Et sur des pylônes ou dans des cabanes, les chasseurs sont à l'affût. Sur les cols et les fameux ports du Pays Basque - qui son en fait, pour les basques des cols - dès que les vols s’annoncent, c’est l’effervescence. Venant du nord, les oiseaux se dirigent vers des zones plus douces où ils passeront l’hiver. Ce sont d’abord les palombes venues de Scandinavie qui ouvrent le bal. Viennent ensuite les palombes russes et de l’Est de la France. Les derniers oiseaux à passer sont ceux du centre de l’Europe. La majorité des vols passe au -dessus des Pyrénées, les plus proches de l’océan.

Chasse et tradition

Au Pays Basque, la chasse à la palombe est à l’origine une chasse comme une autre destinée à améliorer l’ordinaire. Désormais, place au plaisir ! Avec le temps, la chasse est devenue un symbole et une tradition. Pour nombre de participants, le nombre d’oiseaux tués n’a aucune importance. Pour les chasseurs, c'est, avant tout, l'occasion de se retrouver et de festoyer dans les palombières. Car au Pays Basque tout commence et tout se termine par une fête. Encore une autre spécificité locale !