Alors que les abeilles sont attaquées de toute part par les pesticides, insecticides, etc, que la biodiversité est menacée et que les abeilles se cachent pour mourir, des rascasses radioactives ont été pêchées au large de Fukushima, après l'hiver nucléaire, saison de la désolation.

Les autorités japonaises ont confirmé le niveau record de radioactivité détectée dans des poissons du type de la rascasse pêchés au large de la centrale accidentée de Fukushima. Contactée par téléphone, une journaliste Japonaise en poste à Tokyo conhfirme : "cela pourrait affecter la reprise, depuis le 1er août, de la vente des pieuvres de cette région sur le grand marché de gros de poissons et de fruits de mer de Tsukiji, à Tokyo.

"L'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power Co (Tepco) a annoncé, mardi 21 août, que des rascasses pêchées dans l'océan Pacifique à l'intérieur de la zone circulaire des 20 kilomètres autour de la centrale, fermée à toute activité humaine, présentaient un niveau de 25 800 becquerels (Bq) de césium par kilogramme. Ce chiffre, qui est 258 fois supérieur au seuil fixé par le gouvernement,- est le plus élevé depuis que sont effectués des examens sur les poissons et les coquillages après l'accident nucléaire du 11 mars 2011....".

De quoi inquièter tous les défenseurs de l'environnement. Comme en France où les dyfonctionnements des EPR sont pointés du doigt dans "le nucléaire français, bombe à retardement : oui dit le Pr Hirsch", ou au Japon, où l'hiver nucléaire reste la saison de la désolation.

L'accident nucléaire a endommagé gravement la vie dans les océans

Selon l'opérateur Tepco, qui a immédiatement diffusé un communiqué de presse, "l'absorption de 200 grammes de ce poisson entraînerait un niveau de radioactivité de 0,08 millisievert (mSv) pour le corps humain...". Pour mémoire, en France, la limite annuelle admise est de 1 mSv par an. Le précédent record de radioactivité (18 700 becquerels de césium par kilogramme) avait été découvert dans des poissons de rivière du département de Fukushima.

D'après les médias japonais, les rascasses contaminées ont été pêchées, le 1er août 2012, à un kilomètre au large du fleuve Ohta au cours des tests mensuels de radioactivité menés par l'entreprise. Ces poissons sont interdits à la vente depuis l'accident. "Comme ils vivent dans les profondeurs, il est possible, avancent les experts japonais, qu'il existe au fond de la mer des lieux de concentration de radioactivité.....".

Des mutations chez les papillons de la région de la centrale nucléaire

Une journaliste japonaise de Tokyo ajoute que "Tepco compte tester les crabes et les crevettes afin de détecter l'origine de cette contamination. Il y a une dizaine de jours, des chercheurs japonais avaient établi que des anomalies observées chez les papillons de la région de la centrale étaient vraisemblablement liées à la radioactivité.....

"Depuis juin, les pêcheurs du département de Fukushima avaient été autorisés à prendre des pieuvres et des coquillages dans un rayon de 50 kilomètres de la centrale. C'est le cas des pieuvres pêchées à Soma (département de Fukushima). Ne présentant pas de traces de radioactivité, elles ont fait leur apparition au mois d'août sur le marché de Tsukiji, à Tokyo, ainsi qu'à Nagoya. Il s'agit de la première livraison de produits de la mer de la région depuis mars 2011. Les pieuvres sont étiquetées comme provenant de Fukushima avec un certificat d'inspection.

"Ces premières livraisons devaient être les prémices d'une reprise de la vente de pieuvres provenant de la région sinistrée. Selon le président de l'union des coopératives de pêche du département de Fukushima, Tetsu Nozaki, "le niveau de radioactivité découvert dans les rascasses pourrait inquiéter les consommateurs". Les restrictions à la consommation des produits des régions qui risquaient d'être contaminées au cours de 2011 ont été levées. Dans la région de Fukushima, la population reste méfiante. A Tokyo, beaucoup d'habitants sont attentifs à l'origine des produits (légumes, viande). Ceux de Fukushima sont en général moins chers.....".

Les consommateurs redoutent les risques de radioactivité

Tous les interlocuteurs japonais sont de nouveau très inquiets. En effet, à la suite de la suspension des arrivages de poissons pêchés aux alentours de la zone contaminée, les consommateurs de Tokyo étaient moins regardants sur la provenance des poissons et les patrons de sushiya (restaurants de poisson cru) confiaient être plus affectés par la morosité économique que par l'inquiétude suscitée par les risques de radioactivité. Depuis ce 22 août 2012, ils sont de nouveau confrontés à la méfiance des consommateurs, à la crainte de poissons radioactifs, comme si le Japon était maudit par le nucléaire !