Amélie Nothomb, écrivaine Belge, née le 13 août 1967, est issue d’une famille aisée dont le père est ambassadeur. De ce fait, elle voyage beaucoup.

Née au Japon, elle garde un attachement à ce Pays et à sa culture qui se ressent dans ses écrits.

Les romans qui ont fait son succès :

  • " Hygiène de l’assassin ", en 1992 (en version manuscrite ICI),
  • "Stupeur et tremblements", en 1999, qui obtient le grand prix de l’Académie française.
Boulimique d’écriture, elle écrit un roman par an. De quoi enchanter les fans inconditionnels du genre.

Concept de l’émission de téléréalité concentration

Imaginez des candidats pris "au hasard" et enfermés dans des camps sans manger avec des travaux forcés et au dessus de leur tête le "couperet" chaque jour : mise à mort de deux programmée…

Tel est l’effrayant concept qu’a imaginé Amélie avec son roman, Acide Sulfurique.

Un roman qui fait froid dans le dos, ramenant à la fois à une des pires périodes de l’histoire et l’actualité bien présente des émissions de téléréalité.

D’une part, l’histoire véridique mais si abominable que l’on a du mal à penser qu’elle se soit réellement passée, avec des êtres qui ont donné tout d’eux-mêmes et pour laquelle si peu de personnes sont sorties vivantes pour témoigner de l’atrocité des camps de concentration, de l’autre l’absurde téléréalité, si factice, avec des candidats mis en scène.

Deux sujets qui, mis ensemble, donnent "concentration", la nouvelle émission "phare" : caméras, spectateurs captivés …ironique ? Oui. Car qui est captivé ?

Des Kapos, petits jeunes chefs hommes et femmes (car bien entendu de nos jours égalité homme femme serait respectée! Cela va de soi…) qui se prennent pour des rois, décidant de qui doit être frappé, qui doit être mis à mort.

Ainsi le tableau est-il dressé.

Derrière l’histoire quels points sont soulevés ?

Les personnages ont pris place sur "la scène". Certains vont se démarquer. De quelle façon et pourquoi ? Désir ? Frustration ? Ambition ? Révolte ? Haine ? Courage ?

Un livre qui soulève deux problèmes majeurs :

1/ L’histoire est vite oubliée, peu enseignée de nos jours ; évènements fugaces que les guerres dont seules les mémoires de chaque survivant donnent des preuves …

2/ La majorité des hommes ont une curiosité malsaine, sont lâches et les héros, si rares, sont des exceptions.

Avis sur d’autres livres d’Amélie Nothomb

Ni d’Eve ni d’Adam

Stupeur et tremblements

péplum

Antéchrista

Attentat

Critiques faites par la presse sur le livre

Critiques sur le livre

Metro :

"Une petite fable cynique jonglant à souhait avec le beau et le laid, le bien et le mal".