"La pétition www.ogm-abeille.org a reçu aujourd'hui plus de 300 000 signatures électroniques et papier, indique Anne Furet, animatrice des dossiers syndicaux à l'Union Nationale de l'Apiculture Française (UNAF) à Paris. C'est un beau nombre, mais nous visons 500 000 signatures, pour le mois de novembre, après le Congrès européen d'apiculture à Agen.....".

D'où l'importance de la mobilisation engagée, car des mllions d'abeilles périssent chaque jour, dans les pays Européens, suite à l'utilisation massive de pesticides et d'insecticides de plus en plus nocifs pour la santé des abeilles et pour la santé des hommes et des femmes de la planète.

Nos enfants, dans vingt ans, pourront-ils encore déguster, sur des tartines de pain, le miel de robinier dit d'acacia, à saveur douce, liquide, clair et qui ne cristallise qu'au bout de quelques années ? Le site d'information Wikipedia résume parfaitement les caractéristiques de ce miel, principalement produit en Ardèche (source http://lesmielsbio07.onlc.fr), dans des zones reculées, à l'abri des pollutions, des insecticides, où l'homme vit encore au rythme des saisons.

Les bons miels sont produits dans des zones géographiques préservée des pollutions

Le récent concours régional des miels, organisé chaque année au Teil, au coeur de la vallée du Rhône, qui est au Sud-Est de la France ce que le concours général agricole est au salon de l'agriculture à Paris, valorise des dizaines de miels de cru, dont le miel d'acacia, en décernant des médailles aux meilleures productions.

Dans cette zone de Rhône-Alpes protégée de toute pollution et à l'abri des cultures intensives, les échantillons des meilleurs miels ont été appréciés, le 18 février 2012 au matin, par un jury de professionnels et de connaisseurs. Ce concours s’inscrit dans la volonté du syndicat "l'Abeille Ardéchoise et Drômoise" de valoriser l’ensemble des miels des deux départements, et de mieux faire connaître les produits élaborés par les abeilles. (lire sur Suite101: Succès du concours régional des miels d'Ardèche et de Drôme)

La commission européenne a opté pour la stratégie de l'inaction

Pour Anne Furet, responsable des dossiers syndicaux à l'UNAF, jointe par téléphone, "Le contexte européen sur le dossier « Miel et OGM » a peu évolué depuis le lancement de la pétition pour sauver les abeilles en décembre dernier.

"La Commission européenne a demandé aux Etats membres de ne pas faire de contrôle le temps que des méthodes de quantification du pollen dans le miel soient mises en place : ces méthodes sont toujours attendues.

"De même, elle ne s'est pas prononcée sur les conséquences qu'elle tirait de la décision de la Cour de justice, à savoir comment elle entend protéger les productions apicoles et comment elle garantira l'information du consommateur. Il semblerait donc que la Commission européenne ait opté pour la stratégie de l'inaction, laissant les apiculteurs seuls face à la menace des OGM, et privant les consommateurs de la transparence exigée par la Cour de justice....".

La pétition garde tout son sens

Face à cela, la pétition garde tout son sens ! Et Anne Furet demande à tous les amis des abeilles de se mobiliser, en "diffusant ce message très largement, pour faire signer la pétition sur les marchés ou la distribuer à toute personne susceptible de la diffuser.

Renseignements auprès de anne.furet@unaf-apiculture.info

L'important est de "sauver le soldat Maya" !